Shugo Chara! - Premier coup d'oeil

Publié le par Gen'Seirin' Kokoro

En ce mois d’octobre, les nouvelles séries florissent au pays du soleil levant et nous offrent du bon comme du mauvais, du très bon comme du très mauvais, du shônen comme du magical-girl. Prenez l’une de ces séries mettant en scène une jeune fille en pré-adolescence se découvrant du jour au lendemain toute une palette de pouvoirs magiques qui l’aideront à se construire une personnalité d’acier, ajoutez à cela des œufs de Pâque, d’adorables chibi survoltées, un neko-man (non, ce n’est pas une blague) et une bonne dose de « cool and spicy », vous obtiendrez la série Shugo Chara!, qui malgrès ses idées un peu loufoques réussit largement à se hisser hors de la marée de séries de cet automne !


All kids hold an egg in their soul,
The egg of our hearts,
Our would-be selves,
Yet unseen...

C'est sur ces belles paroles (dites en anglais, si si je vous jure) que démarre notre histoire. Amu Hinamori est une jeune fille assez caractérielle, ou plutôt, c’est ce qu’elle essaie de faire croire aux autres, sa timidité la poussant à adopter un caractère totalement opposé au sien pour se sortir de situations gênantes. C’est ce qui lui vaut d’être le sujet d’un tas de rumeurs complètement inimaginables et d’être constamment qualifiée de « cool and spicy », et ce même par ses parents. Son look  y est pour quelque chose, puisqu’elle s’habille dans un style qu’elle qualifie de « gothic punk » qui lui vient des goûts étranges de ses parents. Pourtant, dès qu’elle se retrouve seule dans sa chambre, Amu se relâche et redevient elle-même en se roulant sur son lit et en adoptant une attitude plus de kawaï. Un soir, alors qu’elle regardait la télé en compagnie de ses parents et de sa petite sœur (qui est bien la seule à ne pas trouver sa sœur si cool que ça), une sorte de voyante semble lui parler depuis la télévision, lui parlant d’ange gardien qui protègerait son « véritable moi ». Interrogée par ces paroles, Amu adopte tout de même une attitude de rejet vis-à-vis de ces paroles en l’air, et part dans sa chambre devant les yeux émerveillés de ses parents, qui la trouvent toujours aussi cool. Tiraillée par son manque d’honnêteté vis-à-vis des autres, elle fait alors un souhait de tout son cœur : « Mon ange gardien, si tu existes vraiment, donne-moi le courage de renaître en étant moi-même ». Le lendemain matin, elle a la surprise de voir trois œufs sur son lit : l’un est orné d’as de pique bleus, l’autre de cœurs roses et le dernier de trèfles verts. Elle décide donc de les couver jusqu’à qu’ils éclosent, par simple curiosité, et part donc en cours en les emportant dans son sac. Ce qu’elle ne sait pas encore, et qu’elle découvrira à ses dépends, c’est que ces œufs contiennent ses trois « shugo chara » (comprenez personnages gardiens) représentatifs de chaque facette de sa personnalité, qu’elle n’est pas la seule à en posséder et que des individus louches les recherchent pour de bien mystérieuses raisons… Peut-être qu’elle apprendra aussi la véritable utilité de ces œufs, et la raison de leur présence à ses côtés ?


   


L’idée est osée, et même plutôt ridicule : une histoire de magical-girl avec en plus des œufs de Pâque colorés, d’habitude les scénaristes prennent au moins la peine de faire miroiter des objets précieux aux demoiselles, comme des bâtons ou des cristaux magiques. Ici, il n’en est rien, et l’univers coloré de la série n’en devient pas pour autant niais et dénudé d’intérêt, au contraire : ces œufs magiques ont la particularité de pouvoir concrétiser la personnalité de leurs possesseurs, et ne servent pas à embarquer l’héroïne dans une succession de chasses aux monstres ou cartes de plus en plus ennuyeuses, ici on se retrouve simplement face à un malaise intérieur qui ne cherche qu’à s’effacer, et c’est plutôt rafraîchissant. Dès le premier épisode, une trame plus générale montre le bout de son nez avec l’apparition d’un personnage félin plutôt charismatique du nom de Tsukiyomi Ikuto, qui cherche apparemment à s’approprier des œufs à des fins mystérieuses, sans doute en rapport avec le « Humpty Lock », qui semble être au centre de tout et peut provoquer des « character transforming » lorsque son possesseur a confiance en lui dans cette facette de sa personnalité. Il semble néanmoins que cet objet soit l’objet de toutes les convoitises, et qu’il ait un usage bien plus important qu’il n’y paraît. Le jeune prince du collège, Hotori Tadase, cite d’ailleurs dès ce premier épisode certaines règles qui n’auraient pas dû être bafouées, ce qui confirme le fait que qu’une trame beaucoup plus grande englobe les œufs magiques et les personnages… Même si le tout regorge de clichés des séries du genre, Shugo Chara! a le mérite d’ajouter une touche d’originalité à l’univers du magical-girl classique, en donnant de l’importance à la personnalité des personnages et avec une touche d’humour omniprésente toujours très agréable. Nous cherchons tous un peu notre personnalité au moment de l’adolescence, cette série aborde ce thème complexe d’une manière légère et agréable sans jamais tomber dans le pathétique, avec toujours une note d’espoir au bout du chemin !


   


Côté réalisation, Shugo Chara! se défend aussi plutôt bien : l’animation est fluide, les couleurs chatoyantes et agréables, même le charadesign est sympathique et assez varié pour mettre en scène une multitude de personnages aux caractères variés. Certaines scènes bénéficient d’un soin tout particulier et rendent souvent un instant anodin ou déjà-vu bien plus intéressant. Les combats sont peu présents dans ce premier épisode, et je ne pense pas que la série mise réellement là-dessus, mais les magies ont pour le moment le mérite d’être tout aussi explosives que la réalisation. Il est important de noter que les Shugo Chara ont un design et une personnalité qui leur est propre, et qu’ils ne sont pas simplement la projection miniature du personnage principal, et ont donc un potentiel à part entière en tant que personnages. D’autres personnages intéressants viendront certainement rejoindre la partie, comme la jeune fille blonde qu’on voit aux côtés d’Ikuto dans le générique et qui me fait honteusement penser à Fate dans Maho Shojo Lyrical Nanoha, espérons que la série réussira à monter aussi haut que cette dernière sans retomber comme une crêpe quelques saisons plus tard (même si je doute que Shugo Chara! devienne aussi touchante que les deux premières saisons de Nanoha). Shugo Chara! nous montre dès le premier épisode quelques morceaux de la bande sonore, et pour le moment c’est loin d’être désagréable, ça sort même un peu des classiques du genre sans en devenir exceptionnel, j’espère néanmoins trouver des morceaux beaucoup plus jolis par la suite. Les deux génériques sont très expressifs, et même si j’ai une large préférence pour l’ending (Honto no Jibun du groupe Buono!, un morceau très rock pour une fois, ça change) j’aime beaucoup la manière dont l’opening est mis en scène, avec des caméras plongeantes, tournantes et de sympathiques jeux de couleurs. Ce qui fait aussi le charme de la série, ce sont aussi ses couleurs chatoyantes et pétillantes, avec la particularité de représenter la texture des vêtements à carreaux avec une trame unie, le tout ressort plutôt bien même s’il donne parfois une impression de plastique avec des traits trop peu expressifs, le SD et ses visages ronds ne pouvant combler ce vide que lors des scènes humoristiques. Même si certaines idées sentent le réchauffé, le tout reste très bien mis en avant, et assez original pour faire passer le mauvais goût, sans pour autant être révolutionnaire, loin delà. Mais après tout, ce sont les clichés qui ont fait de l’animation ce qu’elle est aujourd’hui, et tout ce qui est original est voué à devenir un cliché parmi tant d’autres, alors autant en profiter tout en évitant des comparaisons absurdes avec ce qui existe déjà.


   
      On recrute de plus en plus jeune chez Popstar !

Avec pour seul départ une idée ridicule d’œufs magiques et de bonhommes miniatures, Shugo Chara! réalise pourtant un bon départ qui laisse promettre énormément de rencontres et d’évolution au niveau de la personnalité du personnage, puisqu’à la base c’est la raison de la présence de ces œufs colorés. Si les personnages restent tout aussi intéressants, et se complètent encore sans se bloquer dans les clichés des séries habituelles, cette série pourrait devenir vraiment intéréssante même s’il sera difficile de dépasser le stade de la série relaxante et drôle avec un univers aussi coloré, au sens propre comme au figuré. Mais après tout, nous ne sommes bien souvent qu’un œuf qui ne demande que la chaleur qui lui permettra d’éclore, alors un peu de bons sentiments ne pourrons que nous faire de bien !


   

   

Publié dans Japanimation

Commenter cet article

roxanne 08/05/2009 21:36

je connait bleach un manga d'action et d'aventure (vf ou vostfr sur les 100 ou inpeut plus ieme episode), elfen lied(vostfr) , mew mew power (vf ou vostfr), sakura card captor(il y a la version francaise) , kamikaze kaitou jeanne (j reussit a trouver tout les episodes en vostfr) , vampire knight (c un manga de vampire XD mais des l'episode 14 c en vosta)il y en a plein mais je prendrais un mois pour tout ecrire XD

lola 17/04/2009 09:54

pour ce ke sa intéress y a lé ep de shugo chara du 1 jusko 34 sur daylimotion é il en rajoute.sinn ya un site ki lé pren cé hinata online

Amu 19/03/2009 15:34

J'adore ce manga c'est domage ke sa ne soit pas sortis en francemais sa ne menpeche pas de le regardé ken meme

shushine 07/12/2008 21:26

a vrai dire je comprends pas trop les sentiments de ikuto mais si j'etait amu je dirai oui tout de suite! en tout cas ...ikuto t trop bo ! ikuto t trop bo!

nana 07/11/2008 23:27

salut en fiat je voulais savoir sil y a un autre manga comme shugo chara a part magical girl ps si cpossible en vostfr ce seriais coool