La Mélancolie de Suzumiya Haruhi

Publié le par Gen'Seirin' Kokoro

Je ne pouvais pas commencer ce blog sans aborder le sujet Suzumiya Haruhi (c’est pas pour rien que la bannière est dédiée à elle !).













La Mélancolie de Suzumiya Haruhi (ou Suzumiya Haruhi no Yuûtsu en japonais) est un véritable phénomène de l’animation, comme on n’en avait pas vu depuis Evangelion, lui-même considéré comme la quatrième révolution de la japanimation. Et pour cause, Haruhi est très loin des collégiennes coincées des animés communs. C’est une originale, et on le remarque tout de suite : « Les humains ordinaires ne m’intéressent pas, s’il y a des extra-terrestres, des voyageurs du temps, des démons ou des espers ici, que ceux-là viennent me parler, c’est tout ! »

De l’humour ? Si vous la connaissiez, vous comprendriez tout de suite qu’Haruhi ne plaisante jamais, même lorsqu’il lui vient tout à coup l’idée de se lancer dans des activités farfelues pour casser l’ennui quotidien ! Pourtant, à première vue, Haruhi est une lycéenne tout à fait ordinaire, et vraiment bien foutue de surplus.
 
Suzumiya Haruhi, la Cinquième révolution de l’animation japonaise ?

L’histoire dans tout ça a une place vraiment minimale, ce n’est pas le genre d’animés qui vous accroche par son scénario complexe qui tire partie de la moindre partie de votre cerveau, dans la Mélancolie de Suzumiya Haruhi l’histoire tient une place minime, c’est dans chaque personnage (et surtout dans Haruhi !) que tient le potentiel de l’animé, ce qui n’est pas forcément un avantage, mais pas non plus un défaut. En général les animés se basant uniquement sur leurs personnages ont du mal à se faire une place, un animé a bien du mal à tenir debout s’il est construit sur des bases fragiles, c’est évident.

EDIT :
Hum, à l'heure actuelle j'ai vu la majeure partie de la série, et je dois dire que ce que j'ai dit ici n'est plus vraiment valable. Même si le scénario est minime, le background n'en reste pas extrêmement poussé et riche, et nous offre une vision du monde originale sans trop en dire (ou peut-être justement en en disant trop !). Il faut simplement savoir que l'univers entier tourne autour d'Haruhi, au sens propre comme au figuré, mais ce point est encore sujet à l'étude des puissances digitales et regorge de questions confidentielles... Vous comprendrez (ou pas) en regardant la série :)














Kyon (de son surnom, on ne connaît que celui-ci, ce qui en fait un personnage assez mystérieux en soi...) est donc un jeune étudiant qui entame sa première années de lycée. Enfant, c’était plutôt un doux rêveur, mais il a depuis longtemps mis ses rêves de côté lorsqu’il a grandi (la maturité qu’on appelle ça…). C’est un adolescent tout à fait normal, qui mène une vie bénine, comme tous les ados… Jusqu’à LA rencontre…
Pure coïncidence ou destinée ? Kyon et Haruhi se retrouvent dans la même classe. Le premier mois de cours fut tranquille, Haruhi et Kyon n’ayant jamais vraiment « communiqué », si l’on oublie les quelques tentatives désastreuses de Kyon pour établir le contact…

Jusqu’au jour où… moment de folie... Kyon parle à Haruhi !

A partir de là, une sorte de déclic à lieu, et les deux camarades conversent chaque jour avant les cours. Haruhi s’ennuie. Elle a essayé tous les clubs, et est excellente dans tous les domaines, mais n’est pas satisfaite. Alors il lui vient subitement une idée : pourquoi ne pas créer son propre club ?
C’est alors qu’est formé le SOS Dan (Sekai wo Ooini moriagerutame no Suzumiya Haruhi no Dan), le club de Suzumiya Haruhi pour faire du monde un endroit beaucoup plus drôle ! C’est alors que vont commencer les vrais problèmes, entre Haruhi qui recrute de force et fait chanter, et des membres tous aussi différents et uniques les uns les autres, Kyon va avoir bien du mal à veiller sur la troupe et contrôler Haruhi !

EDIT :
Et vous n'imaginez pas à quel point c'est important de la contrôler :)
 
Miam, kawaï les bunny Girls !

Haruhi a fait sensation dès les premiers épisodes diffusés, et s’est transformée en véritable phénomène au fil des mois. Cette touche d’originalité unique font de cette animé une exception, une sorte d’ovni comme on en a rarement vu d’autres. Ce qui est certain, c’est qu’Haruhi déchaîne les fans, et la série ne cache pas son fan service omniprésent (chorégraphie « destructrice », produits un peu partout sur le net), mais je suis certain que ce ne sont pas els fans que cela dérangera !
Une précision à savoir : la Mélancolie de Suzumiya Haruhi est tirée d’une série de romans du même nom, c’est le cas pour beaucoup de mangas et animés ces temps-ci, une sorte de phénomène de mode on dirait…














Niveau animation, c’est impeccable, c’est beau, très beau même, cet animé a le bonheur de bénéficier d’un travail dernier cri dans l’univers de la japanimation, l’animation est fluide, les prises de vues variées et adaptées, parfois même originales (on le voit surtout lorsque les personnages sortent des phrases mythiques), la Mélancolie de Suzumiya Haruhi est loin de décevoir graphiquement, il n’y a pas de doute. Mais on n’en attend pas moins des animés d’aujourd’hui… C’est toujours décevant de voir de nouvelles séries sortir avec un chara-design vieux de plusieurs années (je pense surtout à Soul Link, un animé vraiment décevant à mon goût).

Un point qui peut être déstabilisant aussi : les épisodes sont diffusés dans le désordre complet, ce qui nous empêche de construire l’histoire et l’avancement au fil des épisodes comme dans toute autre série, mais nous pousse à être attentifs aux moindres détails pou rassembler les morceaux et suivre le fil de l’histoire !

La Mélancolie de Suzumiya Haruhi mêle soin graphique et originalité, c’est aussi ce qui contribue à faire de cet animé une série d’exception !
 
La pochette de l’ending de la Mélancolie de Suzumiya Haruhi

Quand on parle de Suzumiya Haruhi, on a souvent tendance à placer cette série dans la catégorie « Comédie ». Je m’oppose clairement à ce choix, Haruhi est bien loin des communes séries au charadesign Hyper-derformed et à l’humour délirant et omniprésent des séries comiques les plus connues comme School Rumble ou Jungle wa Itsumo Hare nochi Guu. Haruhi est une série comique certes, mais qui reste ancrée dans un certain réalisme, je dirais que cette sorte d’humour qui n’en est pas vraiment veut plutôt faire ressortir quelque chose, comme le fait que les humains ne croient plus en leurs rêves, et ne vont plus vers l’avant avec des convictions d’acier, prêts à déraciner des arbres s’il le faut. Haruhi est un personnage idyllique, celui qu’on rêverait de rencontrer dans sa classe pour pimenter un peu notre vie (même si on le regretterais sûrement après…), celui qui nous ferait sortir de cette vie monotone et de plus en plus triste que nous offre le monde.

EDIT : Ceci est d'autant plus vrai maintenant que j'ai vu le reste de la série, et pour bien d'autres raisons !














Pour moi, c’est ça la Mélancolie de Suzumiya Haruhi, une comédie teintée d’un message positif et réaliste sur l’attitude à adopter pour réussir dans la vie. Et surtout sortir de la monotonie de notre quotidien ! :)

Le générique d'ouverture est disponible dans la Médiathèque

Pour plus d’information, rendez-vous sur le fansite officiel anglais :

www.sos-dan.com


Gloire à notre déesse, sa Sainteté Haruhiesque !

Publié dans Japanimation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article