Casshern Sins - Premier coup d'oeil

Publié le par Gen'Seirin' Kokoro

Bonjour les gens, hello the world comme on dirait en bon engrish ! C'est avec Casshern Sins que je commence cet aperçu des nouveautés de la saison, la plupart d'entre elles étant assez impressionnantes et parfois surprenantes y'aura beaucoup d'autres premiers coups d'oeil, vous pouvez en être sûrs. Les "premiers coups d'oeil" sont remaniés pour vous donner un aperçu du premier épisode d'une série au lieu de la présenter de manière plus générale comme c'était souvent le cas ; le tout sera donc plus court que d'habitude et n'est pas destiné à cerner la série mais plutôt à vous permettre de l'aborder en sachant où vous mettrez les pieds :)


   




Casshern Sins
est la suite d'une série qui date des années 70, nommée simplement Casshern (et c'est bien une suite différente de la version originale, pas un remake plus moderne). L'animation et la réalisation générale de la série en question ont l'air ridicules lorsqu'on a l'occasion de voir un épisode de cette ancienne série aujourd'hui (suffit de voir l'opening de la série, j'en pouffe de rire), mais la nouvelle série Casshern se pare d'une ambiance sombre et attirante tout en flattant la rétine avec une animation impeccable, un style crayonné très particulier et des couleurs très expressive malgrès le contexte post-apocalyptique de l'histoire. Le passage du old-school au moderne a donc l'air d'être une réussite puisque la série abandonne son côté kitsh, même si pour ça elle finit par se prendre trop au sérieux.







Puisqu'on parle d'histoire, voilà une brève présentation de ce qu'on peut déduire et apprendre de ce premier épisode. Casshern s'est réveillé sans mémoire dans un monde en déclin, et il est chassé par des groupes de robots un peu égarés car il est accusé d'être responsable de la déchéance actuelle du monde (en ayant notamment tué une certaine Luna avant de perdre la mémoire). Des légendes circulent donc à son sujet et on prétend qu'on peut acquérir l'immortalité en le dévorant, ce qui semble être le dernier espoir de ces robots désespérés qui sont victimes d'une mort lente mais certaine.

Les humains semblent être devenus rares en ce monde, et Casshern se demande lui-même s'il est humain ou robot (ceux qui ont vue l'ancienne série connaissent peut-être la réponse, ce n'est pas mon cas et j'attends de la découvrir en même temps que Casshern), c'est la question qu'il posera notamment à une mignonne petite androïde nommée Ringo qu'il rencontrera sur une plage désolé parée de superbes couleurs bleutées. Elle admire sa beauté et lui demande s'il est humain parce qu'il semble n'avoir aucun défaut. Mais un violent combat avec un robot effraiera l'enfant robot (on peut presque qualifier la scène de gore alors que le robot n'est composé que de bouts de métal et de fils électriques, c'est assez impressionnant à voir), Ringo rejoindra donc vite son propriétaire, un homme d'âge mûr qui ne semble pas apprécier l'influence de Casshern (il a quand même la réputation d'avoir détruit le monde, ça se comprend).
      Puis débarque une jeune femme charmante qu'on avait déjà aperçue jouant avec un cadavre de robot au début de l'épisode, elle aussi semble vouloir la vie de ce pauvre Casshern mais elle semble le connaître, ce qui éveille l'intérêt de ce dernier, plus enclein à savoir qui il est plutôt qu'à combattre (il le fait très bien celà dit, toujours rapide et sans pitié), et c'est dans l'attente de cette confrontation que se clos l'épisode. Casshern se présente donc comme un héros à la triste figure méprisé et haï par tous les êtres qui l'entourent. Et en plus de ça, il est responsable de la fin du monde pour des raisons qu'il ignore. Le scénario semble donc relativement simple, ce qui n'est pas un mal quand on voit les qualités de ce premier épisode (la simplicité est une des caractéristiques des séries de longue date et prouve qu'une histoire basique est plus efficace qu'un scénario à coucher dehors).


   


Même si l'animation paraissait très figée au vu des premières images et de l'opening, le tout de révèle finalement être très fluide et si CG il y a, c'est un CG parfaitement maîtrisé puisqu'il est vraiment très dur à différencier des images dessinées (je suis toujours incapable de dire si les robots sont dessinés ou modélisés...). Le charadesign est lui aussi simple et arbore un petit style crayonné pas désagréable qui rappelle les orgines plus extravagantes de la série. Les décors désertiques de fin du monde n'ont ironiquement rien d'inerte et sont sans cesse mis en valeur pas des couleurs sublimes et une ambiance sombre et mélancolique caractéristique, le tout n'est en aucun cas une excuse à la simplicité puisqu'ils fourmillent de détails (la texture du sol, le vent qui souffle et soulève les débris, les dénivelés des rochers, etc).
Cet univers désertique n'empêche pas ce premier épisode d'arborer de superbes panoramas, comme sur la plage où Casshern rencontre Ringo, la scène est d'ailleurs elle aussi très bien représentée. Les personnages aux traits assez épais affichent des émotions très bien retranscrites, le visage mélancolique de Casshern risque très vite de marquer les esprits (sa coiffure aussi d'ailleurs lorsqu'il n'est pas équipé de son casque, une touffe à la Seiya que ne manqueront pas les nostalgiques). Les combats sont d'une fluidité impressionnante et Casshern enchaîne cabriole sur cabriole, tout ça contribue à donner beaucoup de punch aux affrontements tout en lui donnant un charisme fort et une grande classe.

Musicalement parlant, c'est aussi très explicite et laisse présager une OST de qualité, j'ai vraiment du mal à trouver des défauts à ce premier épisode si ce n'est son opening un peu trop plat à mon goût. Le style particulier qu'il dégage pourra néanmoins en rebuter certains à cause de son aspect sombre et impersonnel, on pourra aussi lui reprocher des plans trop figés en dehors des scènes d'action comme la simplicité troublante du charadesign qui contraste certaines scènes moins travaillées. Des détails qui constituent surtout le style de la série et participent au final à son ambiance peu commune (le charadesign m'évoque parfois un peu Kaiba, ce qui est quand même assez inhabituel pour une série de ce genre).


   


La preview laisse cependant présager un second épisode avec plus de personnages et pas mal d'émotions, avec apparemment toujours ce même sentiment de mélancolie/fin du monde qui semble faire l'identité de la série (cette ambiance est caractéristique d'un bon nombre de séries des années 80 mais est ici développée dans un sens très appréciable). Pour l'instant c'est du tout bon donc pour peu qu'on apprécie le genre et qu'on aille plus loin que les premières minutes (un massacre de robots pas très délicat mais qui a l'avantage de présenter Casshern et sa force surhumaine). Casshern Sins est une des séries remarquables de cette saison d'automne et annonce une série de haut niveau, mais les épisodes à venir nous en diront plus sur le sujet. Ce premier épisode est l'illustration parfaite de ce que j'attendais de la série : un shônen sombre et à la simplicité addictive très plaisante... àvous de voir si c'est le genre de série qu'il vous faut ;)






En savoir plus :

- Site Officiel (jp)
- Article Wikipedia (eng)
- Discussion Hyjoo (à lire avec modération, lire trop de critiques tue le plaisir)

Publié dans Japanimation

Commenter cet article