Technologie : le paradoxe cybernétique

Publié le par Gen'Seirin' Kokoro

Terminator, I.Robot ou Matrix pour ne citer que les plus connus, énormément de films se basent sur une idée qui nous fait peur et nous fascine : les guerres robotiques, ou lorsque les hommes jouent à Dieu et se laissent submerger par leur création.

« La cybernétique pose l'angoissante question des robots, capables de surpasser l'homme dans ses mécanismes mentaux » (HUYGHE, Dialogue avec visible, 1955, p. 392)

Pour certains, la question relève de la vaste rigolade et pour d’autres, c’est un sujet on ne peut plus sérieux qui doit être abordé avec délicatesse. En effet, l’existence même d’un automate (un appareil autonome  exécutant des opérations bien définies, incapable de la moindre initiative ou créativité) n’est plus à contredire : le moindre appareil électrique peut-être qualifié de tel du moment qu’il effectue seul les opérations qu’on lui demande. Ce sont aussi les automates qui produisent nos voitures (tout en état incapable de dessiner leurs plans), et ils s’aventurent même à prendre forme humaine lorsque la science veut prouver qu’elle est au dessus de tout. Le mot « automate » ne définit d’ailleurs en aucun cas une machine : est automate toute chose qui effectue un programme d’opérations défini : un moulin à eau peut alors être qualifié d’automate, tout comme les portes automatiques d’un supermarché ou même un rayon à papier. L’automate est parfait dès qu’on parle de production : il effectue des tâches répétitives sans jamais se relâcher, ni se fatiguer comme le ferait un employé humain. Mais il manque une chose à ces pantins technologiques : l’étincelle qui est à la base de tout.



Les films et autres oeuvres de science-fiction sont les premiers à mettre le doigt sur les dangers liés à l'avancée technologie. Ainsi, dans Terminator, le robots ont pris le dessus sur l'humanité et envoient des cyborgs dans la passé pour éliminer à la source les derniers chefs de la résistance humaine.


En effet, pour que des portes automatiques veuillent bien s’ouvrir, il faut obligatoirement que quelqu’un passe devant et les active ; pour qu’un moulin à eau puisse moudre sa tonne de grains de blé, il faut obligatoirement qu’un courant d’eau le pousse et l’active ; pour qu’une machine de productions de voitures fasse son travail, il faut obligatoirement lui fournir les plans de la voiture, et les données comme la couleur ; un crayon à papier doit être tenu entre des mains pour pouvoir tracer des mots sur du papier. Les automates auront beau effectuer perpétuellement la tâche qui leur incombe, si personne n’est là pour définir cette tâche, ils ne seront plus d’aucune utilité. Ils auront beau être des « machines à penser », il faudra tout de même quelqu’un pour lancer ce processus ou exploiter ces pensées. Les automates en tant que tels ne sont là que pour une seule chose : être utiles, et lorsqu’ils deviennent inutiles, ils sont tout simplement abandonnés ou détruits. Les automates sont très loin de ces fameuses guerres robotiques, ce sont simplement des outils qu’utilisent les hommes pour accomplir ce qu’ils seraient incapables de faire de leurs propres mains. La plus grosse erreur que nous ayons tendance à faire, c’est confondre les humains avec des automates : si le monde était censé, les hommes ne devraient jamais être les objets d’autres hommes !



A.I : Intelligence Artificielle est un film qui aborde le côté philosophique de l'intelligence artificielle au travers du voyage d'un enfant-robot. Un des plus beaux films de science-fiction qu'il m'ait été donné de voir.


Mais il ne faut pas nier l’évidence : nous sommes aujourd’hui complètements dépendants de ces automates qui nous entourent, bien souvent les gens ne savent pas comment se servir de leurs mains lorsque la situation l’impose. C’est lorsqu’on oublie tous ces objets qui nous entourent et qu’on observe ce dont nos propres mains sont capables qu’on admire la véritable dextérité et le talent. Il n’y a que le boulanger qui puisse préparer sa pâte avec tant de passion, et c’est cette passion qui donne tant de goût à son pain. Aujourd’hui, ce talent peut s’exprimer par l’intermédiaire de divers objets automates, comme le stylo ou le clavier d’ordinateur. Cela passe par l’écrit, la programmation ou le dessin, et même la création musicale. Les automates ont aussi toujours été l’intermédiaire qui nous permet de mettre en forme nos pensées, nos rêves et nos ambitions. Au-delà de simples objets affublés d’utilité, les automates sont aujourd’hui devenus des éléments essentiels reliant nos rêves et leur accomplissement. C’est bien là que réside la seule importance de ces objets, on aura beau les critiquer et les huer, on ne voudra jamais leur disparition, puisqu’on ne pourrait pas vivre sans eux. Qui peut bien avoir la force de vivre sans avoir les moyens de façonner le monde à sa manière ? C’est pourtant le cas de millions de personnes, et c’est peut-être aussi pour ça qu’on cherche tant de choses pouvant nous relier à nos désirs les plus profonds…



Voilà à quoi ressemblerait un être biologiquement parfait dans un futur lointain ! Ces sentinelles tirées du film Matrix ont quelque chose de bestial, une manière de montrer que la technologie peut aussi reculer dans le temps dans la manière dont on perçoit les choses !


Si l’on pousse la définition de l’automate à son sens le plus profond, alors même nos lèvres, nos yeux, et tous nos sens ne sont que des automates, intermédiaires entre le monde qui nous entour et nos pensées. Le corps humains pourrait bien être un ensemble complexe d’automates, il n’en resterait pas néanmoins pourvu de cette étincelle à sa source qui en fait une forme de vie à part entière. La technologie avance sans cesse pour nous donner le plus d’objets possibles afin de nous épargner toujours plus de contraintes. Le summum de la technologie, ce serait qu’elle devienne l’intermédiaire direct entre le monde et notre esprit, nous allégeant de fardeau comme la mort ou même les lois physiques de notre planète. La technologie transforme le monde en fonction de notre esprit. Un être qui bénéficierait de ce lien direct ne serait certainement plus humain, ce ne serait d’ailleurs pas un automate non plus, puisqu’il pourrait décider du pourquoi et du comment du monde. Ce serait la quintessence de la technologie : un robot, une forme de vie cybernétique pouvant façonner le monde comme elle l’entend, selon des désirs qui lui sont propres. Si j’étais un grand fanatique, j’affirmerais qu’au travers de la technologie, les hommes cherchent à devenir Dieu. La technologie n’aurait finalement dès lors que pour seul et unique but de créer des esprits fous et corrompus ayant un pouvoir total sur le monde qui les entoure.  Je n’ose pas imaginer la tête du monde face à ça, et je me dis que les guerres cybernétiques sont bien peu de choses à côté de ça. Si un esprit intelligent venait à détruire le monde qui l’entoure et se confrontant à ses pareils, il serait bien triste de se retrouver seul pour l’éternité, entouré d’un insondable néant. Ou peut-être qu’il aurait toujours l’espoir de trouver un nouveau monde à façonner en voyageant de part l’espace et le temps.

La technologie, au fond, ce n’est qu’un combat face à un malaise qui ne prendra fin que lorsqu’on se rendra compte de nos erreurs, la crise d’adolescence d’une civilisation qui aura peu de chances de devenir adulte. C’est le fait de chercher à devenir des formes de vies parfaites qui mènera l’humanité à sa destruction, avec son lot de guerres robotiques et de plongeons dans la complexité des pensées humaines. J’envie cette époque où l’homme vivait en se contentant de ce qu’il avait, guidé par ses croyances et ses légendes, mais je ne peux m’empêcher d’être fasciné par l’avenir tortueux que nous nous construisons. Alors je regarderai toujours vers le futur le plus lointain avec ces grands yeux de rêveur, dévoré par la curiosité, certainement parce que je cache moi-même une insoutenable douleur au fond de mon cœur.



Les vues d'artistes fusent lorsqu'on aborde le sujet du futur, on voit alors apparaître tout un tas d'hypothèses scientifiques farfelues : pourtant, c'est bien souvent dans cette science-fiction que puise la science pour envisager le monde du futur !


Les hommes travaillent déjà sur la création d’un cerveau humain artificiel, inconscients que c’est une vie et un esprit qu’ils mettent en forme, ils mettent en place des théories quantiques farfelues qui prendront bientôt place dans nos ordinateurs, leur donnant enfin la base d’une réflexion qui leur manquait tant. Les hommes envoient des sondes visiter l’univers, et ont enfin découvert l’espoir d’une planète similaire à la Terre (vous devriez être au courant, si vous aviez regardé la maigre place qui était réservée à cette information lors d’un journal télévisé récent… cela n’intéresse certainement pas les foules, mais moi ça me passionne), avec dans tout ça le projet fou de voyager vers les étoiles afin de trouver des réponses et combattre un autre profond malaise. Je ne suis pas contre, je serais même le premier à embarquer, de toute façon les personnalités ne sont que des amas de malaise et de désirs en tous genres, avec leurs lots de manières de les éviter ou d’y faire face. Tout ce que nous cherchons, c’est une vie meilleure, où nos idéaux auraient enfin une signification et feraient partie intégrante de ce baste monde qui nous entoure. Après tout, si nous rencontrions une autre forme de vie dans l’espace, peut-être pourrions nous enfin trouver la stabilité. Comment ne pas être face à la solitude des hommes lorsqu’on regarde le ciel étoilé d’une nuit d’été ? Une vive douleur, mais pourtant si belle…

Aujourd’hui, nous frôlons enfin nos grands rêves grâce à la technologie. Les rêves d’antan prennent tout leur sens. Les grandes moqueries se taisent, et les rigolades se transforment en inquiétudes. Les guerres, les drames et les injustices du monde entiers et de nos petites vies nous façonnent toujours, comme ils façonnent le monde, et la technologie avance et nous submergera bientôt. Est-ce que je m’emporte, ou ai-je vraiment raison ? Aujourd’hui, rien n’est tout à fait sûr… A l’exception d’une chose : le mot « impossible » peut se cacher sous sa couette, parce qu’en ce moment il en prend vraiment pour son grade !



Ceci n’est qu’une réflexion sur ma propre vision des choses, évitez de descendre dans les rues en hurlant à la fin du monde, mais sachez simplement qu’en se contentant d’apprécier ce qu’on a, on ne fait que soutenir et contourner des problèmes qui nous tiennent à cœur. Ce n’est que mon avis, mais je pense qu’il faut mieux dire tout haut ce qu’on pense, quitte à passer pour de grands tarés, plutôt que de faire les muets et supporter l’insupportable.


Pour continuer un peu dans cette réflexion, et en savoir un peu plus sur le côté "scientifique" de la technologie (il faut dire que j'étais très porté philosophie en écrivant ça), je suis allé chercher quelques définitions de termes intéressants quand on aborde le thème de la technologie :

Automate - Cybernétique - Cyborg - Exobiologie - Exoplanète - Gliese 581 c - Intelligence Artificielle - Nanomachine - Mécanique Quantique - Projet SENS - Technologie - Terraformation - Lac Vostok - Voyage Interstellaire
(cliquez sur les termes pour afficher la définition ou l'explication dans un popup)

Publié dans Autres

Commenter cet article

Cpt_Dator 17/08/2007 01:22

Les américains ont validé le projet "Reaper" de drone de combat volant armé... Fort heureusement, cela restera un drone téléguidé, pas la moindre IA dedans capable de prendre des décisions. C'est pas demain qu'on aura pas à bouger le pouce pour massacrer ses voisins...

Gen'Seirin' Kokoro 12/06/2007 12:48

Merci à toi, si tu veux me connaître un peu mieux tu peux toujours m'envoyer un mail, peut-être que le "plus si affinités" viendra tout naturellement... ou pas ^^'

Crashoveride 06/06/2007 12:39

Je viens de découvrir ce blog et ... whaaaaa ! Un grand bravo pour sa qualité rédactionnelle et son contenu.Félicitations à l'inconnu qui le cré !

Clivin' 03/05/2007 14:18

un article trés bien écrit comme d'hab :) ta tout dit.